Pollution, bitume, circulation intense et végétation éparse: les appartements des villes modernes sont peu adaptés aux pics de chaleur de l’été. Celle-ci entre d’abord par les vitres, le verre étant un excellent transmetteur, mais aussi par les murs, le temps que la température extérieure arrive à l’intérieur. Ce phénomène de «déphasage» est plus ou moins rapide en fonction des matériaux de construction, de l’angle d’ensoleillement ou encore de l’isolation. Tous les immeubles ne sont pas égaux face à la canicule.